Calendrier

 «  < Dc 2017 >   »
DLMMJVS
16
Réservez vos billets

La Presse Québécoise

Publicité

LE RPS S’OPPOSE VIGOUREUSEMENT AU TRANSPORT DE DÉCHETS NUCLÉAIRES
CANADIENS SUR LES CHEMINS PUBLICS DU QUÉBEC

MONTRÉAL, le 8 août 2013 – Le Rassemblement pour un pays souverain lance un avertissement sérieux au gouvernement canadien, à la Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN) et Énergie atomique Canada limitée (EACL), qu’ils seraient bien avisé d’abandonner tout projet de transporter des déchets radioactifs canadiens qui passerait par les chemins publics du Québec, que ce soit les déchets liquides radioactifs des Laboratoires de Chalk River (LCR) ou ceux de toutes autres provenances.

Après la tragédie de Lac-Mégantic, toute tentative dans ce sens rencontrera nécessairement une opposition vigoureuse de la part de la population du Québec qui prendra ainsi en main la tâche de défendre l’intégrité de son territoire et exercera le contrôle effectif de celui-ci.

Nous saluons chaleureusement le maire d’Amqui, monsieur Gaëtan Ruest, et le félicitons pour sa prise de position et son appel lancé à tous les maires du Québec de s’opposer à de tels transports sur le territoire de leur municipalité. http://bit.ly/13slmJp.

Dans son communiqué, le maire nous rappelle qu’en février 2011, lors d’un précédent projet de transport approuvé par le personnel et les commissaires de la Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN) « De nombreux organismes sociaux et environnementaux ontariens, québécois, autochtones et américains étaient montés aux barricades pour dénoncer ce laxisme de la part de la CCSN. De plus, à l’initiative du Regroupement des municipalités québécoises pour un futur énergétique socialement responsable (RMQFESR), 50 municipalités, 5 MRC (65 municipalités) du Québec et la Ville de Montréal avaient manifesté leur désapprobation pour ce projet par des résolutions spécifiques. »

Selon le président du RPS, la menace de transport de déchets radioactifs canadiens sur les chemins publics du Québec est une atteinte à la souveraineté de l’État du Québec. Cela démontre une fois de plus la nécessité et l’urgence de sortir les autorités fédérales du Québec et de procéder avec notre propre projet de pays souverain où, conformément à la volonté populaire, de tels transports seront interdits.

Renseignements :

Benoît Roy, président du RPS,